La Nouvelle-Orléans swing à l’Olympia

Salle mythique inaugurée en 1893, l’Olympia est à ce jour la plus ancienne salle de music-hall parisienne encore en activité. Et après avoir vu défiler les plus grands noms de la chanson, l’Olympia accueillait cette semaine une grande dame du jazz, Dee Dee Bridgewater accompagnée d’Irvin Mayfield avec The Jazz Orchestra de la Nouvelle Orléans.

Grande chance, je suis conviée par l’Office du tourisme de la Louisiane à un cocktail pour découvrir la destination, et rencontrer les professionnels du tourisme local. Et privilège incroyable, Dee Dee Bridgewater, Irvin Mayfield et quelques musiciens de l’orchestre nous font la surprise de passer nous saluer en toute simplicité. Souriante et très accessible malgré une aura qui semble l’accompagner partout où elle se déplace, Dee Dee fait un petit discours en français. Puis les musiciens nous offrent quelques notes jazzy : trois trompettes, une clarinette et un trombone. Ambiance conviviale géniale.

Puis à 20h30 c’est le moment : dans cette salle historique les lumières s’éteignent, les discussions se taisent et l’orchestre fait son entrée. En tout, une douzaine de musiciens en costume cravate avec piano, saxophone, contrebasse, trompettes, trombones, clarinette et percussions. La première chanson est super, ça swing, ça balance et je voyage déjà parmi les plantations du vieux sud, les bateaux à aube du Mississippi, le Bayou, le quartier français de la Nouvelle-Orléans et les clubs de jazz.

Enfin, Dee Dee fait une entrée fracassante : robe longue à paillettes vertes, talons vertigineux argentés, et lunettes de soleil fantaisie. Mais elle ne se prend pas au sérieux et commence déjà à plaisanter avec le public. La musique reprend et elle pose sa voix. Une voix chaude et pleine qui vous enveloppe comme le ferait un bon plaid pendant l’hiver. On se sent bien, on oublie tout, on écoute avec un immense plaisir.

Au total, presque deux heures de spectacle rythmées par des titres propres, des airs célèbres réinterprétés, de l’humour, des duos et des solos. A la sortie, sans aucun doute « I’m feeling good! »

Un beau moment qui me donne un prétexte pour partager avec vous l’extrait d’un ancien concert lors du festival Jazz Ascona en Suisse.

Office du Tourisme de la Louisiane

Dee Dee Bridgewater à l’Olympia

One thought on “La Nouvelle-Orléans swing à l’Olympia

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s