Le charme du vieux Nice – Chapitre 2

Le soleil est partout et la chaleur est étouffante, pas de répit pour les estivants. Quelques promeneurs bien moites arpentent encore les rues tranquilles où quelques mobylettes pétaradantes viennent rompre le calme de la sieste d’après-midi. Le nez en l’air avec leurs appareils photos certains tentent de capturer un morceau du vieux Nice, tandis que d’autres avec leur carte touristique chiffonnée colonisent les dernières parcelles d’ombre ou errent à la recherche d’une boutique climatisée.

La majorité des vacanciers est à la plage où l’on retrouve toutes les catégories mondiales : les carbonisés jamais assez bronzés, les gamins joueurs et chahuteurs, les musclés narcissiques qui paradent, les voyeurs indiscrets aux lunettes noires, les bourrelets qui s’évadent des maillots trop petits, et les vendeurs de pralines et de boissons fraîches. Une vraie scène de théâtre qui m’amuse.

Vers 17h00 c’est le début de la ruée vers l’or et à chacun son eldorado : pinte de bière bien fraîche, granita coloré ou glace. Dans les rues piétonnes et sur le bord de mer plein de cornets défilent coiffés de chapeaux colorés aux goûts magiques, succulents : pêche de vigne, figue de Provence, spéculos, Grand Marnier, coquelicot, violette, amande, calisson, pain d’épice, cannelle, etc… Et sur la promenade verdoyante du Paillon les enfants s’amusent avec les fontaines et les brumisateurs en sortant de la plage. Ces éclats de rires sont rafraîchissants.

En début de soirée alors que les commerçants du marché nocturne artisanal sont déjà installés, les serveurs attirent les clients sur les terrasses du cours Saleya à coups de menus trop chers. Il vaut mieux se perdre dans les ruelles éloignées de l’animation pour découvrir une gastronomie niçoise authentique à prix raisonnable : petits farcis, poivrons marinés, pissaladières aux anchois, poissons cuisinés et lasagnes de courgettes maison.

Enfin pour terminer la soirée rien de mieux qu’une balade en bord de mer pour prendre le frais et regarder tous les artistes de rue parmi lesquels jongleurs, peintres, danseurs et musiciens rivalisent d’originalité pour séduire les passants. Quant aux chaises bleues de Nice elles accueillent les promeneurs fatigués repus et trop bronzés qui observent le défilé.

Vers 4h du matin les fêtards et les éméchés retrouveront leur lit avec difficulté, laissant les rues et les plages désordonnées aux courageux éboueurs de l’aube qui emporteront les excès avant que le vieux Nice ne retrouve sa quiétude pour quelques heures. Et tout recommencera.

Plage de Nice

Les fontaines de la promenade du Paillon, Nice

Le cours Saleya, Nice

Lasagnes de courgettes

Le Negresco, promenade des Anglais, Nice

One thought on “Le charme du vieux Nice – Chapitre 2

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s