Au neuvième ciel de Paris

Avec cette semaine lumineuse baignée de soleil, les parisiens ont profité des petits moments privilégiés où l’on s’allonge avec un bouquin sur les pelouses des parcs publics, où l’on flâne dans les rues piétonnes une glace à la main, où l’on papote encore avec des amis en buvant un verre en terrasse. Moi j’ai choisi la troisième option, et en prenant de la hauteur, direction la terrasse du bar le Déli-cieux.

Au sommet du Printemps de la maison, boulevard Haussmann, le Déli-cieux jouit d’une vue imprenable sur la ville lumière. Mais avant d’y arriver, vous devrez résister aux neuf étages d’escalators et de tentations qui espèrent vous attirer dans leurs toiles. Au rez-de-chaussée des fragrances haut de gamme séduisantes, par ici quelque jolie vaisselle fine impatiente de se régaler, par là deux ou trois macarons effrayés d’être dévorés, et de cet autre côté des bagages pressés de voyager…

Mais une fois tout en haut, on a l’impression de planer en touchant le ciel du bout des doigts. Depuis le toit terrasse panoramique on aperçoit tous les monuments parisiens et j’en suis émerveillée. Au premier plan immédiatement, ou très imposants, il y a la Tour Eiffel, l’Opéra Garnier et l’église de la Madeleine. Et puis, en cherchant un peu plus précisément… « Regarde ! Je vois la cathédrale Notre-Dame et le Panthéon, et puis là, la tour Montparnasse, le dôme des Invalides, la verrière du Grand Palais, le quartier de la Défense et magnifique, le Sacré-Cœur ! »

Côté carte, rien de bien extraordinaire puisqu’il s’agit bien plus d’une restauration libre-service (dans le genre cafétéria) que d’un bar. A un dévoué maître d’hôtel et ses coupes impeccables servies dans le détail se substituent des mets sous cellophane sur plateaux glissés sur des rails. Dommage…

Seul point positif a ce positionnement, et assez rare à Paris pour mériter qu’on le souligne : on n’est pas obligés de consommer ; oui on peut simplement profiter de la vue magnifique en s’installant sur l’un des bancs qui bordent la rambarde. Bon à savoir alors, puisque les prix sont très chers : comptez pas moins de 5,50 € pour un simple coca light.

La clientèle ? Des amis rieurs et bavards, des employés stressés du quartier, des amoureux en contemplation devant le soleil couchant, des acheteuses compulsives en pause,  ou des touristes ébahis devant tant de splendeur. Bref, on s’y sent bien ; un cadre idyllique à découvrir avec ce bel été indien.

Déli-cieux

66 boulevard Haussmann

75009 Paris

Tel. 01 42 82 62 76

2 thoughts on “Au neuvième ciel de Paris

  1. J’aime aussi bcp ce point de vue sur Paris, passage obligé lorsque j’ai de la visite à Paris. Et sais-tu qu’il y a également une vue panoramique du haut du Printemps de la ville rose? Si tu passes à Toulouse, je te le conseille !

    J'aime

  2. Non je ne connais pas. Merci pour l’info. À Paris dans le même genre de vue, il y a aussi le panorama génial depuis le Sacré-cœur et depuis le haut de l’Arc de Triomphe (vraiment plus beaux que depuis la Tour Eiffel!)

    J'aime

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s