Les monstres de ses rêves…

Après le Musée d’art moderne de New York en 2009, c’est Paris qui bénéficie du coup de crayon visionnaire de Tim Burton. En effet, depuis le 7 mars 2012, la Cinémathèque fait des heureux ; on découvre alors l’étendue de la palette de talents du dessinateur aux multiples casquettes : tantôt peintre et photographe, tantôt sculpteur et réalisateur. Alors pour suivre cet artiste complètement farfelu dans son univers unique et fascinant, éteignez la lumière…

On commence l’immersion dans le monde de Tim Burton par une salle où des personnages de l’enfance souffrent de tortures et autres sévices ignobles : entre des poupées percées de clous, des personnages démembrés ou des monstres détournés, le ton est donné ! Et il va se poursuivre et encore se développer à travers chaque salle traversée, nous communiquant presque un sentiment d’inquiétude, comme un malaise encore amplifié par cette musique étrange et fantasmagorique.

Entre de courts textes qui relatent l’histoire de l’artiste dans son processus de création, entremêlés de courts métrages, de dessins légendés par Tim Burton lui-même, puis des sculptures et des photographies, l’exposition ne peut pas être plus complète ! Et chacun y trouve son compte, à commencer par les enfants pour lesquels les vitrines de personnages sculptés ont été mises à leur hauteur. Inutile donc de monter sur les épaules de Papa…

Et puis finalement, même les curieux qui se sont laissés entraîner à la Cinémathèque par les adeptes des méandres de la folie de l’artiste sont agréablement surpris, car qui ne connaît pas les personnages créés ou réinterprétés par Burton ? Entre le chapelier fou d’Alice au pays des merveilles, Edward aux mains d’argent, Charlie et la chocolaterie, l’étrange Noël de Monsieur Jack et le Joker machiavélique de Batman parmi tant d’autres, chacun a forcément une référence de Tim Burton.

Et en prenant le temps d’analyser de plus près ses personnages, on se rend compte qu’ils sont souvent des incompris rejetés par la société, laissés pour compte. Alors pourquoi le spectateur ne peut-il s’empêcher de s’attendrir sur des profils marginaux proches de la monstruosité ? Deux autres caractéristiques récurrentes dans l’œuvre de Burton nous permettent de comprendre qu’en réalité  le spectateur, séduit par un héros, s’identifie à lui à travers toutes ses épreuves et ses souffrances :

–          Souvent de père en fils, le thème de la filiation permet à l’artiste de présenter des héros tentant de perpétuer un héritage, un talent, voire de se venger d’une injustice.

–          De plus, ses deux modes de narration préférés, le conte de fées et la fable, ont une portée didactique qui permet, grâce à des symboliques animales et des personnages fictifs, d’extraire une morale pour distinguer le bien du mal.

Cette exposition est donc d’une très grande richesse, aussi bien qu’elle est complexe, à l’image de Tim Burton qui de façon très habile mélange aisément burlesque, comédie, fantastique et horreur. Je garde aussi en mémoire malgré ses personnages souvent sombres et torturés, la couleur qu’il distille habilement par petites  touches… peut-être le côté féérique qu’il a gardé de sa formation au sein de l’école Disney?

D’ailleurs, peut-être inspirée par l’originalité de cet artiste singulier, la Cinémathèque se distingue d’autres lieux d’exposition plus classiques :

–          les « Tim Times » proposent des moments de culture à partager entre petits et grands : ils sont des ateliers pour enfants, des stages pour ados, des projections de films et de dessins animés, et des visites familiales.

–          Enfin, un concours de film d’animation est proposé en partenariat avec Daily Motion* et les gagnants ont été désignés par Tim Burton lui-même, la grande classe ! Alors, est-ce que l’un d’entres eux, sur les traces du maître, pourrait prendre sa relève ? A vous de juger ! http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/printemps-2012-tim-burto/concours-films-animation.html

*merci à la Cinémathèque, pour les chauvins comme moi, d’avoir choisi le site français de partage de vidéos

Tim Burton – l’exposition : jusqu’au 5 août 2012

Cinémathèque Française

51 rue de Bercy

75012 Paris

Tel. 01 71 19 33 33

2 thoughts on “Les monstres de ses rêves…

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s