Le Moyen-âge comme si vous y étiez

Qui n’a jamais fait un château de sable ?

Avec plusieurs milliers de châteaux forts ou demeures royales sur son territoire, la France concentre véritablement des lieux rares d’art et d’histoire qui datent de plusieurs siècles et qui font de la France une destination au patrimoine exceptionnel. Mais à quoi servent les châteaux forts ? Et comment ont-ils été bâtis ? Pour répondre à ces questions, un projet surprenant a été initié par Michel Guyot qui, suite à une étude archéologique sur le château de Saint-Fargeau, lança l’idée de bâtir un château fort selon les méthodes et moyens du Moyen-âge (XIIIe siècle). Aussi, depuis 1998 sur le site de la forêt de Guédelon en Bourgogne, une trentaine de passionnés s’affairent sur ce chantier d’archéologie expérimentale dont l’aboutissement est prévu pour 2025. Reportage. 

Je me suis rendue sur le site la semaine dernière et en dehors de la terre battue qui indique au visiteur dès sa descente de voiture qu’on n’est pas sur un site reconstitué mais bien « en construction », ce qui frappe également c’est l’équipe d’ouvriers habillés en costume d’époque. Selon le règlement interne, les jeans sont interdits (combien, et moi la première, seraient malheureux tellement le jean est incontournable de nos jours), et les montres ne doivent pas être portées au poignet (« pas de montre apparente »). On retrouve donc ces pantalons amples et ces tuniques larges tenues à la taille par des ceintures en corde. Pour les femmes, on est plutôt dans le port du fichu, redingote longue lacée sur les côtés et manches bouffantes. Manque plus que les chaussures de Jacquouille aux pieds et le tour est joué! 

Alors pourquoi avoir choisi ce site ? La forêt de Guédelon et particulièrement cette ancienne carrière boisée ont le mérite de fournir presque tous les matériaux nécessaires au chantier : pierre, grès, chêne, argile et sable. Seules la chaux grasse et la pierre calcaire sont apportées de l’extérieur.

Si vous choisissez la visite guidée (vivement recommandée pour comprendre tous les rouages du chantier et les méthodes employées au Moyen-âge), votre guide vous fera découvrir le château médiéval en construction et ses différents métiers. Vous comprendrez le rôle et le fonctionnement d’un château fort pour un étonnant voyage dans le temps au contact des « oeuvriers » passionnés : carriers, vanniers, bûcherons, tuiliers, maçons, charpentiers, forgerons… Vous verrez aussi la cuisine, le cellier, les salles de tir voûtées, le chemin de ronde…

Et quand on se balade dans la forêt pour justement découvrir les petites dépendances des métiers qui entourent le château, on a véritablement l’impression d’avoir fait un bon en arrière grâce à une machine à remonter le temps tellement le site respecte les décors d’époque. On croirait presque que se prépare le tournage d’un film.

Dans le même esprit où rien n’est laissé au hasard, la Taverne du chantier propose à tous les clients de s’attabler de façon conviviale sur de grandes tables en bois à partager pour un déjeuner qui « tient au corps »: au menu des assiettes composées appelées « écuelles de chantier » et des « ripailles » :

– Le forgeron : œufs brouillés, saucisses fumées et gésiers confits à l’ail – comptez 9,50 €

– Le sarcleur : assortiment de cochonnailles (terrine, rosette, andouille, rôti de porc, jambon persillé) – 8,50 €

– Tartine de Guédelon : poulet, saucisse, œufs brouillés, lit de légumes sur tranche de pain de nos campagnes – 6 €

– Le barbouillis : bouillon de volaille aux petits légumes et épices – 4 €

Et pour les enfants un menu « Chenapan » à 8 €.

Attention, ne vous attendez pas à de la grande cuisine ; on est là dans une taverne qui ressemble plus à une cantine. D’ailleurs pas de service à table : chacun se sert comme au self et paye à la caisse avant d’aller s’assoir. J’ai pour ma part goûté à l’assiette du forgeron et ça vaut bien un self d’entreprise oui. A ne pas manquer par contre l’apéritif médiéval appelé l’Hypocras (oui je suis d’accord le nom n’est pas du tout sexy) : la recette est similaire à celle d’un vin chaud mais on le boit froid (cannelle, gingembre, miel, eau de rose, clou de girofle, cardamone, sucre) : un délice.

En définitive Guédelon est un projet insolite et atypique pour passionnés d’histoire ou d’architecture, garçons se croyant chevaliers, fillettes se rêvant princesses, curieux de tout et lassés de rien. A 1h30 de route de Paris, on traverse les siècles passés pour découvrir un chantier d’archéologie expérimentale dont les sources sont variées : les archéologues ont consulté de nombreux documents (comptes de chantier, textes, récits, iconographies médiévales), ils sont aussi allés analyser les châteaux existants (relevé des cotes et éléments d’architecture), et ont tiré partie des diagnostics archéologiques pour savoir comment concrétiser ce projet un peu fou. L’idée de « construire pour comprendre » s’illustre chaque jour car les oeuvriers doivent résoudre quotidiennement des problèmes de construction et faire des choix techniques qui devaient déjà entretenir les échanges des bâtisseurs de l’époque. Et l’aventure semble vouloir se poursuivre avec notamment une autre idée de construction qui serait un bâtiment religieux comme un prieuré… alors à vos sandales de moine !

Chantier médiéval de Guédelon

D955 à proximité de Saint-Amand-en-Puisaye

89520 Treigny

Tel : 03 86 45 66 66

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s