« Bric à brac » et souvenirs en vrac…

Dès que les beaux jours arrivent, c’est la période propice pour faire le fameux ménage de printemps parmi nos débarras, greniers, caves et autres garages où l’on entasse tout au long de l’année une multitude d’objets hétéroclites, dans l’espoir qu’on en ait besoin un jour. La phrase type : « ca peut servir, on ne sait jamais ». Et puis finalement les mois passent et ces objets se dégradent peu à peu au contact de la poussière ou encore pire de l’humidité. Quelle joie alors quand arrivent les vides greniers, brocantes et autres « bric à brac » grâce auxquels on peut offrir à nos objets une seconde vie.

Bien loin des salons d’Antiquaires réputés pour la rareté de leurs pièces de collection, souvent de manufacture ancienne, les marchés aux puces sont quant à eux beaucoup plus populaires. Il en existe de toute sorte : vides greniers de jouets pour enfants, vides greniers de vêtements, de livres, de vaisselle…etc.

Et en ce dimanche bien tranquille sans rendez-vous à l’agenda, je suis allée faire un tour à la brocante du coin, installée en plein air dans le centre ville.

Et là, on assiste à un immense déballage d’objets personnels qui retracent la vie de chacun : très intime dans l’idée, on a l’impression de s’immiscer chez les gens, et en quelques coups d’œil sur les tables on parvient presque à retracer leur quotidien et leur mode de vie ordinaire.

Tiens par exemple là, il y a des jouets et des vêtements d’enfants et puis toute une collection de cartes postales bien classée et de vieux appareils photos impeccables. Alors en quelques secondes on s’imagine que cette famille se compose de deux enfants adorables mais gâtés, d’une maman dont le passe-temps favori était de collectionner des cartes et d’un père méticuleux passionné de photo. On peut même voir sur la table dans quelle vaisselle ils ont partagé leurs repas, quels films ils ont regardés et en déduire aussi le décor du salon… Amusant non ?

 Et au détour d’une allée, je tombe nez à nez avec cet immense bateau. Comme un flash je pense immédiatement à : « Combien pour ce bateau ? » Ca vous dit quelque chose ? Bon, je vous le donne en mille : Tintin et le secret de la Licorne. J’ignore si son mat cache un secret dans le genre parchemin avec une carte pour partir à la chasse au trésor mais j’aime à y rêver quelques instants… Son propriétaire me dit qu’il ignore s’il existe un quelconque trésor mais il m’explique que ce navire a plus d’un siècle et qu’il est en parfait état de conservation. Je me retrouve alors en quelques secondes immédiatement transportée sur le Vieux marché de Bruxelles où se trouvait le vendeur de la maquette de la Licorne dans l’épisode de Tintin. Alors où est le capitaine Haddock ? Peut-être ce vieux barbu là bas ?

 Alors pour chercher longtemps au milieu de ces bazars et capharnaüms, et trouver une pièce rare et insolite faut-il être un farfouilleur de talent, un dénicheur qui a du nez ou autre découvreur patient et persévérant ? A votre avis ?

Moi je pense qu’il faut simplement être nostalgique et aimer chiner des objets du passé pour retrouver tous ses souvenirs d’enfants…

2 thoughts on “« Bric à brac » et souvenirs en vrac…

  1. je suis aussi une grande fan des vides-greniers, où les objets peuvent ainsi vivre une 2ème vie! la prochaine fois tu passeras sur mon stand, ça m’arrive d’en faire. Ce sont de bons moments que je passe avec ma soeur, sauf quand la pluie fait rage et que nous devons remballer…

    J'aime

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s