Au feu, vite les escaliers de secours !!

Assez caractéristiques outre atlantique, ces escaliers sont à Londres une résonance aux villes américaines parmi celles qui sont les plus médiatisées sur nos écrans français comme San Francisco, New York ou Chicago. Pas seulement une alternative pour évacuer les habitants de l’immeuble en cas d’incendie, ils font partie dans l’imaginaire collectif des symboles d’une époque révolue des années d’avant guerre, et évoquent par connotation et d’instinct des films cultes et des séries américaines que nous adorons tous.

A l’origine, ils sont issus d’une loi de 1840 qui obligea tous les propriétaires d’immeubles de New York à construire des escaliers de secours métalliques en façade suite à un incendie qui ravagea plus de trois cents maisons dans le quartier de Lower Manhattan.

Avec leur architecture angulaire, droite, rigide voire stricte mais efficace, ils semblent froids, sombres et impersonnels.  De plus, et pour rajouter à leur premier abord austère, ils sont souvent placés sur les arrières cours des immeubles, dans ces petites impasses sordides où les poubelles côtoient les flaques et les bouches d’égouts. Mais à y regarder de plus près, ils sont beaucoup plus chaleureux qu’ils n’y paraissent : face à tous ces nouveaux buildings modernes, vitrines des architectes mégalos qui se veulent avant-gardistes avec leurs grattes ciel en verre aux formes surréalistes, ces escaliers de secours sont étonnants, singuliers et rétros. Vraiment charmants, certains possèdent même des ferronneries originales très ouvragées qui rendent uniques et fabuleux ces quartiers pittoresques.

Voici ceux que j’ai croisés (ou qui m’ont croisée) au sortir d’une balade à Hyde Park vers la station de métro de Knightsbridge à deux pas de chez Harrod’s, ou au détour d’une rue dans le célèbre quartier de Soho : les façades de briques rouges pleine de charme de ces bâtiments font ressortir encore plus le caractère poétique de ces zigzags urbains.

On aurait presque envie d’entendre leur sonorité alors qu’on les descendrait en escarpins, mais gare aux chutes car ils sont pour la plupart abrupts voire escarpés.

 Finalement, éléments distinctifs des villes anglo-saxonnes parmi pleins d’autres accessoires urbains, ces escaliers de secours sont une passerelle entre notre architecture contemporaine actuelle et un passé de caractère. Alors pour traverser le pont, n’oubliez pas de tirer l’échelle du bas !!

Exprimez vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s